Quoi Matière Signe

Quoi Matière Signe est une suite de micro-évènements autour du graphisme. C’est la seconde édition, réalisée en 2017, du festival Quoi x x ? qui entrecroise évènements de production et de diffusion, artistiques et graphiques, autour de problématiques contemporaines en lien avec le design graphique.
Quoi Matière Signe questionnait le graphisme au prisme de l’apparition des formes, de la matière, et de la diversité des modes de faire et de reproduction.
Quoi Matière Signe a été initiée par carbone paroles et portée par les collectifs IPN et Octocode (Toulouse).
Quoi Matière Signe était soutenue par la Mairie de Toulouse, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et la direction régionale des affaires culturelles Occitanie. Quoi Matière Signe intègrait la programmation de la 9 ème édition de Graphéine, festival des arts graphiques du réseau PinkPong.

 

    

www.quo.ooo/i/matieresigne

 

Les participants
_ 6 artistes invités en résidence puis exposés : Documents, atelier de graphisme (Yann Ott, Antoine Lemarchand, Noémie Santos ; TOULOUSE) ; Aurélie Pagès, artiste et enseignante (PARIS) ; Marseille Local Business (Élise Carron et Richard John Jones), artistes.
_ une trentaine d’artistes/graphistes dont les oeuvres ont été exposées (commissariat co-réalisé par Pia Pandelakis, chercheuse en design et carbone paroles) : Fanette Mellier, Sébastien Degheil & Francine Triboulet, ROVO, Marie Sirgue, Laura Freeth, Marine Semeria, Clément Capdevielle, Clément Rosenberg, Baptiste Charneux, édition copie double, Surfaces Utiles, A+B, Louise Devalois, Diane Trouillet, Nicolas Jaoul, collection Charles Montano (objets africains de la Galerie l’Atelier), Sammy Stein, Stephanie Leinhos, Clévain Charmeil et les Jardins synthétiques, ILLOTEB, PAL, SILO, collection Sylvie Piaud (Hervé Rousseau, Agnès Chapelet, Markus Klausmann, Richard Dewar), Charlotte de Sédouy, carbone paroles (…)
_ 1 artiste invité à publier en ligne : Étienne Cliquet
_ 1 micro-proposition curatoriale dans l’exposition : autour de la revue Faire, S-Y-N-D-I-C-A-T (Paris)
_ 1 librairie associée : Terra Nova (Toulouse)
_ 10-15 maisons d’éditions invitées : Super Structure (Bruxelles), Surfaces Utiles (Bruxelles), CSH Duvent (Paris-Toulouse), Copie Double, SILO, les Éditions Matière, The Shelf, Pli Revue, Tombolo, Revue BAT, F-U-T-U-R-E, les PFF
_ 1 performance éditoriale : Les dictées dessinées (collectif Octocode)
_ 2 musiciens : Knut hameçoun (concert noïse) ; dj die (dj set)
_ 2 projets d’écriture de recherche : « Le Blob (…) », Pia Pandelakis ; « Autour/Avec », Pauline Thilaye
_ 3 participants à la table ronde :  Pia Pandelakis, chercheur.e en design, enseignante. « Passion de l’inventaire et résistance de la chose molle », Sacha Léopold (S-Y-N-D-I-C-A-T), studio graphique. « L’usage des images » à propos de la « Revue Faire », Jérôme Dupeyrat, historien de l’art, « La pratique iconographique de Batia Suter »
_ 2 régisseurs réguliers : Emmanuel Jaudard, construction ; Antony Lille, construction
_ 2 régisseurs ponctuels : Nicolas Jaoul, peinture ; Clément Capdevielle, construction-peinture
_ 2 web designers : Sylvain Barra et Théo Abadon
_ 4 stagiaires (étudiants en design graphique) : Barthélémy Cardonne, Inès Gamboa, Yasmeen Lefebvre, Alexis Plard (signalétique, mise en page, assistants montage, communication, photographie, médiation)
_ 2 missionnaires en territoire parisien : Pauline Thilaye et Clément Charbonnier
_ 2 porteurs de projet (direction artistique, commissariat, coordination logistique, relation presse, organisation, communication, veille, montage, démontage, médiation, comptabilité) Bianca Millon-Devigne & Sylvain Ameil  réunis sous le nom de carbone paroles
_ 10 bénévoles ponctuels des associations Octocode et IPN (construction, bar, assistants divers, rangement, régie, etc.)

 

 

 

Avec Quoi x x ?, nous souhaitions donner un temps précieux à la rencontre et aux questionnements autour du graphisme. Nous avons cherché à créer un cadre de travail, de diffusion et de réflexion, sans imposer les formes à naître : à provoquer la rencontre et la production. Et puis à penser la diffusion et les façons de donner à voir et à comprendre à un public initié et comme à un public non averti.
Le leitmotiv était de fédérer des gens autour du graphisme contemporain, d’entrecroiser ainsi les milieux et les modes de faire.
Deux éditions ont vu le jour à Toulouse, dans les locaux du collectif IPN : Quoi Matière Signe, en décembre 2016 et Quoi Noir Lignes en novembre 2017.
Chaque chapitre, hybride, était une suite d’évènements : accueil en résidence, production, exposition, conférences, production éditoriale, etc. La question dans le titre, à la fois explicite et ouverte, permettait d’agglomérer ces formes multiples autour d’une problématique centrale.
Ainsi, Quoi Noir Lignes interrogeait le rapport étroit entre typographie et le dessin avec une sélection graphique, toute de noir. www.quo.ooo/i/noirlignes 
Quoi Matière Signe questionnait le graphisme au prisme de l’apparition des formes, de la matière, et de la diversité des modes de faire et de reproduction. www.quo.ooo/i/matieresigne